avant de partir

Avant de partir 2017-03-04T18:18:09+00:00

Par où commencer pour ne rien oublier ?

Nous avons déjà exposé dans la rubrique « nos motivations » comment ce projet de voyage a su mûrir dans nos esprits durant de longues années. Cette partie, quant à elle, est consacrée à l’élaboration du périple dès lors que la décision de partir est prise et qu’une date de départ est arrêtée.

Dans notre cas, ce fut 6 mois à l’avance et avec du recul : ce timing aura été assez serré, nécessitant beaucoup d’investissement et d’énergie dans notre quotidien. Bien entendu, à vous de déterminer le temps que vous souhaitez y consacrer et d’adapter les différentes phases à vos attentes et au degré d’imprévisibilité auquel vous souhaitez faire face. Nous voulions ne passer à côté d’aucun site « phare », bénéficier d’une météo clémente et optimiser à la fois l’hébergement et les transports : ainsi, être pointilleux rend la préparation plus fastidieuse.

Vous trouverez dans la partie « Sources » l’ensemble des sites ayant permis de préparer notre voyage.

Etablir un itinéraire et un budget prévisionnel

Cette première étape de la préparation consiste à se mettre d’accord sur l’itinéraire et le budget, les deux étant intimement liés. On ne va pas se le cacher : c’est très ludique, puisque l’on se projette énormément en listant tout un tas de pays que l’on a toujours souhaité visiter. Il ne faut cependant pas tomber dans des excès qui multiplieraient le budget par trois ou ne permettraient pas de profiter pleinement de chaque étape. Bref, « choisir c’est renoncer » et il faut savoir faire des concessions et prendre en considération certaines contraintes.

Dans notre cas, la première contrainte a été liée à une destination sur laquelle nous ne souhaitions pas tirer un trait : il s’agit de la Polynésie Française. Nous avons donc construit notre itinéraire autour de ce souhait.

Notre seconde contrainte a été le facteur « temps » : nous ne souhaitions surtout pas courir d’étape en étape afin de profiter de chaque destination à notre rythme. C’est ainsi que nous avons renoncé à l’Amérique du Sud, estimant que cette partie du monde nécessitait à elle seule une année pour être pleinement découverte. Nous nous sommes ainsi concentrés sur l’Asie du Sud-Est et l’Océanie.

Enfin, notre dernière contrainte – et non des moindres – a été liée aux conditions climatiques et météorologiques. Par exemple, notre choix de visiter la région de l’Insulinde avant celle de l’Indochine est exclusivement lié à la météo.

Une fois les grandes lignes de l’itinéraire établies, il est nécessaire de penser au budget. L’un des principaux postes de dépenses concerne les transports et à ce sujet : la question des billets « tour du monde » se pose naturellement. Dans notre cas, nous avons décidé de ne pas en prendre car ils nous semblaient à la fois onéreux et contraignants en termes de dates. De plus, ayant une bonne connaissance du marché de l’aérien et de sa distribution, nous estimons pouvoir bénéficier de tarifs plus attractifs en réservant nos vols au fur et à mesure.

Ne vous reste plus qu’à fixer le budget hébergement en fonction du confort que vous souhaitez, budget nourriture en fonction de vos habitudes alimentaires (en ce qui nous concerne, nous ne prenons habituellement que deux repas par jour : cela représente donc une belle économie) ainsi que le budget transport et loisirs en fonction de vos souhaits : nous conseillons de voir large afin de ne pas se retrouver frustré ou à court d’argent durant votre périple.

Itinéraire complet

Penser au retour

Plutôt cocasse de déjà penser au retour avant même d’être partis ! Si les raisons pour lesquelles partir autour du monde peuvent paraître simples et évidentes à identifier : il nous semble primordial de déterminer les attentes de chacun quant au voyage, ce qu’il est susceptible de nous apporter et ce que nous pourrons en faire.

En d’autres termes : de quelle manière changera-t-il nos vies ? Comment va-t-il nous aider à grandir, à la fois de façon personnelle mais aussi professionnelle ? Car la plus grosse erreur à commettre serait de penser qu’une telle aventure est synonyme de « farniente » et de procrastination !

Ainsi, penser au retour est une manière de garder les pieds sur terre et surtout d’anticiper le « blues » du retour. Nous avons pu lire sur de nombreux blogs que retrouver un quotidien sédentaire pouvait se révéler brutal après un an de nomadisme.

Pour anticiper cela, nous avons commencé à lister ce que nous aimerions faire en rentrant, en ne nous fixant aucune contrainte. L’objectif est d’affiner cette liste de vœux pendant la prochaine année afin de construire un projet viable avant notre retour !

Nous ne vous en dirons pas plus pour le moment, mais n’ayez aucune crainte : nous serons prêts !

Annoncer le grand départ à ses proches

Incontestablement le moment le plus difficile pour nous. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de l’annoncer, cela dépendant du lien affectif créé avec sa famille et ses amis. En ce qui nous concerne, nous avons fait en sorte de présenter ce projet à nos proches dès lors qu’il nous a paru suffisamment clair et précis, afin de les rassurer. Nous avons la chance que nos familles nous soutiennent et qu’elles se réjouissent d’ores et déjà de nous rejoindre en cours d’aventure afin de partager cette expérience du voyage en sac à dos.

Vous vouliez vous lancer dans la création d’un blog ?

Si vous avez dans l’idée de vous lancer dans un blog afin de partager votre expérience de voyage avec votre famille, vos amis ou la terre entière : quatre mois ne seront pas de trop pour mettre en place une plateforme digne de ce nom.

Pour notre part, nous étions assez novices dans ce domaine. Ainsi nous avons dû nous former au fur et à mesure aux joies du « html », et apprendre à nous servir des réseaux sociaux d’une autre manière qu’à l’habitude.

Vous trouverez ci-dessous la liste non-exhaustive des étapes que nous avons suivi pour lancer notre site wearenottrees.com :

→ Définition de la ligne éditoriale et choix du nom « we are not trees »
→ Choix de l’hébergeur et achat du nom de domaine
→ Choix de la plateforme afin de développer le site
→ Création de comptes sur les réseaux sociaux
→ Veille sur les blogs existants et les forums spécialisés
→ Développement et référencement
→ Lancement et promotion du blog

Nous avons choisi OVH.com comme hébergeur pour notre blog et décidé de le développer avec WordPress, optant pour le thème Avada. Celui-ci est certes payant, mais il inclut de multiples modules paramétrables à souhait : il se révèle au final assez intuitif, capable de basculer en un clic en mode « WYSIWYG ».

Il faut cependant garder en tête qu’il ne s’agit pas uniquement d’une partie de plaisir : cela demande énormément de travail, à la fois pour le contenu que pour le paramétrage et la construction du site en lui-même. Il nous aura fallu passer de nombreuses heures à regarder des tutoriels sur Youtube et nous former à la programmation ainsi qu’au référencement.

A vous de jouer, donc !

Gérer les questions administratives

Un conseil : ne vous lancez pas dans l’organisation d’un tel voyage si vous êtes sujet à la phobie administrative ! En effet, il s’agit réellement de l’étape la moins passionnante qui demande organisation, rigueur, suivi mais aussi patience. Comme il y a de nombreuses choses à régler avant de partir l’esprit serein, nous avons détaillé ci-dessous les différentes questions auxquelles il faut trouver réponse. Veillez à bien prendre en considération les délais de traitement qui peuvent varier en fonction des périodes de l’année mais aussi des organismes.

Vérifiez la date de validité de votre passeport et faites une demande pour un permis international si vous n’en possédez pas déjà un en cours de validité : ce dernier est indispensable pour conduire dans certains pays, vivement recommandé pour les autres !

Réalisez une procuration pour pouvoir voter.

À vous d’évaluer les différentes possibilités permettant de cesser votre activité professionnelle. Il en existe de nombreuses adaptées à chacune des situations : démission, rupture conventionnelle, abandon de poste, congé sans solde ou sabbatique… Des sites bien plus experts que le nôtre vous aideront dans ce type de démarches !

Intéressez-vous de plus près aux frais bancaires qui sont susceptibles de s’appliquer pour chaque transaction opérée à l’étranger : ce constat vous amènera à évaluer la nécessité de changer de banque ou non.

Veillez également à :

→ Donner une procuration sur vos comptes à une personne de confiance
→ Vérifier la date d’expiration de vos moyens de paiements
→ Vérifier les plafonds de retraits et d’achats
→ Minimiser les frais de retrait pendant le voyage
→ Bien connaître les détails de vos contrats et le service à contacter en cas de problèmes

En ce qui concerne votre habitation, il faudra réfléchir à la vente ou à la location pour les propriétaires ; ou au préavis, à la sous-location ou à la fin de bail pour les locataires. Si vous possédez un véhicule, il faudra envisager la vente, à défaut de trouver un endroit où le stationner à long terme. Il est également primordial d’aborder la question du stockage de vos affaires ainsi que de vos meubles.

Définissez un nouveau lieu de domiciliation afin d’effectuer les démarches de changement d’adresse auprès des organismes principaux : sécurité sociale, trésor public, banque en y ajoutant les prestataires chez lesquels vous souhaitez conserver vos contrats.

Libérez-vous de vos engagements inutiles à l’étranger en résiliant vos différents contrats en cours (carte de transports, carte de cinéma, eau & électricité, abonnement internet…). Enfin, gérez la question de la téléphonie mobile : débloquez ou non votre téléphone pour l’utiliser à l’étranger et prévoyez de réduire le montant de votre forfait pour garder votre numéro sans que l’abonnement soit une charge inutile.

Choisir son équipement

Définissez d’abord le poids que vous souhaitez emporter afin de déterminer le contenu de votre sac et de réaliser des achats adaptés. Poste de dépenses important à nos yeux, nous avons profité des soldes pour acheter notre matériel, ce qui nous a permis de réaliser de belles économies, appréciables pour notre budget.

Bien évidemment, nous n’avons pas uniquement investi dans du matériel neuf : nous avons également recyclé des vêtements et du matériel que nous avions déjà utilisé lors de nos précédents voyages.

Le contenu de nos sacs

Vaccins

La question des vaccins est un gros chapitre. Un check-up chez le médecin traitant permet tout d’abord de s’assurer d’être bien à jour avec les vaccinations obligatoires françaises. Vous choisirez ensuite en fonction des destinations de votre périple, et également de ce qui est obligatoire ou conseillé. Les vaccins obligatoires sont ceux qui conditionnent votre entrée sur le territoire : sans preuve de vaccination, l’entrée vous sera simplement refusée. Les vaccins conseillés sont quant à eux recommandés et le choix d’être vacciné ou non vous appartient.

Vous trouverez de nombreuses informations sur Internet au sujet de la vaccination : néanmoins, l’avis d’un professionnel de la santé est vivement recommandé. Les centres de vaccinations internationales proposent en plus des vaccinations, des consultations de médecine du voyage qui permettent d’échanger avec un médecin sur votre itinéraire et les précautions à prendre. Veillez à vous renseigner sur les tarifs des vaccins à l’avance car ils varient fortement d’un centre à l’autre. A Paris, le centre de l’Hôpital St-Louis (10ème arrondissement) est celui qui propose les vaccins au meilleur prix. La seule contrainte est d’anticiper la prise de rendez-vous : par exemple, nous avons pris rendez-vous fin décembre pour un premier créneau disponible uniquement fin février.

Pour notre itinéraire, il n’y avait aucun vaccin obligatoire, seulement des vaccins conseillés : hépatite A, typhoïde, rage et encéphalite japonaise.

Finalement, nous avons opté pour les vaccins suivants : rage et typhoïde. Nous étions déjà vaccinés contre l’hépatite A. Concernant l’encéphalite japonaise, nous avons décidé de ne pas nous faire vacciner, préférant la méthode traditionnelle afin de repousser les moustiques plutôt qu’imposer à notre corps un cocktail de vaccins sur une courte durée.

Médicaments et ordonnance

Pour soigner les bobos sur place, il est important d’emporter une trousse de premiers secours. Si vous souhaitez emporter quelques médicaments, il est vivement recommandé de posséder une ordonnance de son médecin pour le transport de ces derniers : en effet, un justificatif pourrait vous être demandé à l’arrivée dans certains pays. Si vous projetez de vous rendre au Vietnam par exemple, la présentation d’une ordonnance est obligatoire pour l’importation de médicaments sur le territoire. N’emportez pas un stock de comprimés et remèdes inutiles que vous pourrez trouver sur place.

Concernant le risque de paludisme : nous avons emporté de la Malarone en petite quantité afin de faire face aux prémices de la maladie en cas d’apparition des premiers symptômes et sans prise en charge médicale immédiate. Vous avez la possibilité de prendre ce traitement de façon préventive, mais il sera alors nécessaire d’emporter une quantité plus importante.

Assurance

Une assurance voyage spécifique est vivement conseillée pour ce type de projet malgré son coût élevé. Néanmoins, certaines cartes de crédit permettent d’être couverts 90 jours à l’étranger : pensez donc à vérifier les conditions d’assistance et d’assurance de la vôtre.

Il en existe une multitude mais notre choix s’est porté sur l’assurance Chapka, dont le contrat est très facile à souscrire directement en ligne depuis l’étranger 90 jours après le départ. En fonction des destinations et pratiques sportives, il est important de bien se renseigner sur ce que couvre réellement l’assurance choisie.

Vous pouvez vous reporter au très complet comparatif des assurances effectué par TourDuMondiste.

L’assurance ne vous couvre que sur les soins à l’étranger et non sur les soins qui pourraient être effectués en France si vous étiez rapatriés. Nous avons choisi de ne pas conserver notre contrat de mutuelle française pendant la durée du voyage. Si l’assurance semble elle plus qu’obligatoire, la mutuelle reste un choix personnel.

Contraception

Messieurs, vous n’êtes pas concernés par cette question et vous ne connaissez pas votre chance. Pilule, sterilet, implant ou toutes autres méthodes durant le voyage ? Abordez cette question au plus tôt avec votre gynécologue car un changement de contraception s’anticipe. Ne partez pas pour un an avec un nouveau moyen contraceptif que vous n’auriez pas pu tester avant de partir afin de vérifier que vous le supportiez et que vous n’êtes pas sujettes aux effets secondaires. J’ai cherché de nombreux retours d’expérience sur le sujet et il n’existe malheureusement pas une solution universelle pour gérer les problèmes de filles en voyage. A vous de déterminer ce qui vous semble le plus confortable.

Prévoir les visas

Lors de la validation de notre itinéraire, nous avons regardé attentivement la question des visas afin de déterminer la durée de séjour maximale par pays. Sur les forums, on pourra vous conseiller de trop nombreuses fois de partir à l’aventure et de laisser venir au jour le jour. Sur certains sujets, cela peut être un très bon conseil : mais pas pour les visas ! Etre au fait des conditions d’entrée dans chaque pays et des durées de séjour maximale peut vous éviter de nombreux ennuis !

Nous avons pris tous les visas qu’il était possible de réaliser à l’avance afin de ne pas s’encombrer avec ces questions durant le voyage.

Quelques jours avant le départ

Nous vous recommandons vivement de vous inscrire au fil d’Ariane du Ministère des Affaires Etrangères. Il s’agit d’un outil de précaution permettant de recevoir en direct les recommandations du gouvernement en matière de sécurité sur la zone géographique où vous vous êtes identifiés.

Achetez les premiers billets d’avions si vous avez choisi de ne pas prendre des billets Tour du Monde.

Faites des scans des papiers importants (passeport, justificatif d’assurance, moyens de paiement) car en cas de perte ou de vol, cela vous sauvera la vie ! Faites également quelques photos d’identité conformes pour les glisser dans votre sac à dos. Pour certains visas délivrés à l’arrivée, cela est nécessaire.

Mais aussi… Déménagez, faites la fête, préparez votre sac, pleurez, doutez et réalisez que l’aventure commence !