voyager libre, voyager léger

Contenu de nos sacs 2017-04-20T11:35:46+00:00

Prévoir un voyage de plusieurs semaines, c’est se confronter à des choix pas toujours raisonnables quand vient le temps de préparer son sac. Plutôt que l’équipement technique ou l’indispensable électronique, ce sont les vêtements et les chaussures qui rendent la tâche ardue.

Je me souviens d’une fâcheuse expérience en Thaïlande du Nord où nous attendions le bus qui devait nous mener de Lampang à Mae Sot. Bénéficiant de deux heures devant nous, nous décidions de partir sacs sur les épaules nous promener dans le centre. Sacs qui pesaient chacun une vingtaine de kilos, et que nous devions transporter sous 40 degrés Celsius. Autant dire que la promenade s’est rapidement transformée en cauchemar !

Cet épisode est le déclic de la toute première décision prise à l’égard de notre périple : avant même sa durée ou son contenu ! C’est la décision de voyager léger et se limiter au strict nécessaire. C’est après la lecture de l’inspirant article du TourDuMondiste que nous décidons de fixer les limites à 40 litres par personne, soit environ 8 kilogrammes.

Sur le papier, cela peut sembler facile et évident ; en réalité, cela représente peu d’espace et un tel challenge demande réflexion et préparation.

Cette partie décrit la marche à suivre et les avantages liés à cette philosophie de voyage, ainsi que le détail du matériel et équipement embarqué !

Le poids et le volume du sac de voyage se révèlent être deux véritables ennemis. Ainsi, pour s’en convaincre, voici une liste non-exhaustive des avantages liés au précepte du « voyager léger » :

1. Pouvoir porter son sac plusieurs heures : stop aux maux de dos et aux épaules endolories à la fin de la journée ;

2. Se mouvoir facilement dans l’espace : une visite de site avec son sac, un marché bondé ou une virée en transports en commun ne se transforment plus en parcours du combattant. On peut se tourner sans manquer de blesser ou éborgner un passant ;

3. Réaliser des économies sur les billets d’avion : en Asie comme ailleurs, de nombreuses compagnies aériennes facturent désormais le bagage en soute, à des tarifs tout à fait exponentiels par rapport au prix de base de votre siège. Avec chacun un sac de 40 litres, nous économisons donc cette surtarification puisque ceux-ci nous suivent en cabine ;

4. Garder un œil sur son sac : que ce soit en bus, en train ou en avion, un sac léger et peu volumineux est la garantie de le conserver avec soi. Cela évite le stress du bagage malmené, volé ou perdu ;

5. Être discret : nul besoin d’être identifié comme « voyageur » ou « routard » à des kilomètres à la ronde. Un sac de couleur discrète et peu encombrant attire moins l’œil.

Comment s’y prendre pour voyager léger ? Voici 7 règles qui nous paraissent indispensables d’appliquer pour arriver à ses fins :

1. Accepter une bonne fois pour toute de porter les mêmes vêtements pendant un an et c’est sûrement la partie la plus difficile ! En y réfléchissant bien, nous portons régulièrement les mêmes vêtements, bien que nos placards en débordent : ce jean usé et délavé mais si confortable qui occupe une place de choix dans notre cœur, ce pull doux et douillet dans lequel on se jette chaque soir… Ce n’est finalement pas un problème de porter les mêmes vêtements régulièrement, tant que l’on se sent bien dedans ;

2. Accepter de laver à la main ses vêtements tous les jours. Il est ainsi nécessaire de se créer une routine et tous les soirs on prend 15 minutes pour laver les vêtements de la journée avec un pain de savon, à préférer à la lessive en gel susceptible de couler au fond du sac ;

3. Choisir des matières qui sèchent vite et qui ne se froissent pas. Adieu coton, bonjour fibres synthétiques et laine de mérinos ! Si vous pensiez faire des économies en emportant moins de vêtements, c’est loupé : l’inconvénient de ces matières est leur tarif, mais c’est le prix à payer pour allier technicité à praticité ;

4. Adapter ses vêtements à la météo et l’équipement à son mode de voyage. Par exemple, nous prévoyons de passer un mois au Népal où nous risquons d’avoir besoin d’équipements contre le froid. Nous ne nous chargeons pas inutilement et achetons sur place au moment venu. Il n’est pas nécessaire de se promener tout le voyage avec un objet que l’on utilise que sur une courte période. Tout s’achète et tout se trouve sur place : pas de panique donc s’il manque quelque chose ;

5. Privilégier les vêtements à double utilité et limiter les doubles au maximum (hors sous-vêtements). Choisir des vêtements complémentaires qui pourront se superposer ou s’associer facilement. Favoriser les vêtements pratiques, comme le pantalon modulable qui fait gagner de la place au fond du sac ;

6. Se débarrasser au maximum de tous les objets inutiles. Tel que le stipule l’article du TourDuMondiste, il est nécessaire de s’interdire les « au cas où ? », « ça peut toujours être pratique » ou encore « on ne sait jamais ! » ;

7. Oublier les kilogrammes pour ne penser qu’en grammes. Chaque objet doit peser moins de 1,000 grammes mais ce n’est pas parce qu’un objet est très léger que l’on peut l’emporter au détriment de toutes les règles précédentes. Pour l’ordinateur et le sac de voyage, on se limite à 1,200 grammes.

Ci-dessous le détail du sac de Marion.

En plus de l’équipement, ce sac embarque la pharmacie et les produits de toilette pour le couple.

Contenu du sac de Marion

NB: Les tarifs apparaissent à titre indicatif.

Ci-dessous le détail du sac de Benjamin.

En plus de l’équipement, ce sac embarque l’éléctronique, l’informatique et le matériel de photographie.

Contenu du sac de Benjamin

NB: Les tarifs apparaissent à titre indicatif.