Préparer son voyage au Vietnam

Nous allons dans cet article répondre aux différentes questions pour préparer son voyage au Vietnam. Si après cette lecture, il vous reste des questions non-élucidées, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaire et nous essayerons de vous aider au mieux !

Obtenir son Visa

La première étape incontournable est de définir son temps de séjour. En effet, les formalités de visa pour le Vietnam varient fortement en fonction de ce dernier. Nous vous recommandons de vous rendre sur le site France Diplomatie où toutes les informations sont mises à jour régulièrement.

Nous nous concentrerons ci-dessous sur l’obtention d’un « Visa on Arrival » dans un but touristique. Ce moyen d’obtenir un visa est mal connu mais s’avère très pratique lorsque l’on voyage autour du monde et que l’on doit faire son visa depuis l’étranger.

1. Avant le départ : demander une lettre d’approbation via un organisme assermenté. Nous avons choisi Cheapvietnamvisa. Toute la procédure est expliquée de façon claire et précise sur leur site. Ils nous ont fourni la lettre en deux jours pour 15 USD par personne ;

2. À l’arrivée : remettre cette lettre, accompagnée d’une photo d’identité et d’un formulaire à remplir sur place, aux autorités en se rendant à l’atterrissage au bureau des « Visa on Arrival » situé avant les contrôles de sécurité à la frontière ;

3. Sur place : régler une somme en USD dont le montant varie en fonction de la durée du séjour et du nombre autorisé d’entrées sur le territoire.

Suggestions d’itinéraires

Nous avons passé deux mois au Vietnam, ce qui nous a permis d’explorer le pays de façon assez complète. Nous avons rencontré beaucoup de voyageurs qui disposaient d’une quinzaine de jours de voyage. La majorité réalisait la traversée du pays et courait d’une destination à l’autre avec des bus de nuit. Finalement, tous nous disaient avoir prévu un planning trop chargé.

Voici donc quelques idées d’itinéraires à travers le pays que nous avons préparé [avec le nombre minimal et maximal de nuits que l’on peut y passer].

Les incontournables du Sud au Nord :
→ Saïgon / Mékong [4 à 6 nuits] ;
→ Hoi An [2 à 8 nuits] ;
→ Hué [3 à 4 nuits] ;
→ Tam Coc [2 à 3 nuits] ;
→ Cat Ba [2 à 4 nuits] ;
→ Hanoï [2 à 4 nuits]

Vietnam authentique au départ de Hanoï :
→ Mai Chau [2 à 3 nuits] ;
→ Road Trip à Ha Giang [4 à 6 nuits]

Patrimoine mondial de l’Unesco :
→ Hoi An [2 à 8 nuits] ;
→ Hué [3 à 4 nuits] ;
→ Phong Nha [2 à 3 nuits] ;
→ Tam Coc [2 à 3 nuits]

Pics karstiques au départ de Hanoï :
→ Cat Ba [2 à 4 nuits] ;
→ Tam Coc [2 à 3 nuits] ;
→ Phong Nha [2 à 3 nuits]

Il est possible de trouver d’autres suggestions d’itinéraires sur la plateforme collaborative Tripilli. Il s’agit d’un site où les voyageurs proposent des guides de leurs séjours pour quelques euros. Un bon moyen de découvrir un pays sur les conseils d’autres passionnés du voyage !

Se déplacer

Plusieurs solutions permettent de voyager à travers le Vietnam :
→ l’avion : lorsque l’on souhaite réduire les temps de déplacements et/ou que l’on a un budget plus conséquent ;
→ le bus : lorsque l’on a du temps et/ou que l’on a un budget serré. Le site Vexere permet de s’informer sur les prix et les horaires des bus locaux.

Nous avons choisi la seconde option pendant notre séjour de 55 jours et en sommes ravis en termes de rapport qualité/prix. Les bus sont très confortables au Vietnam, surtout les sleeping bus. Il s’agit de bus à couchettes [il ne faut pas être grand pour réussir à tenir dedans] sur deux étages. Un conseil : ne vous battez pas pour prendre la couchette du haut, cela secoue et remue beaucoup plus qu’en bas!

Les chauffeurs de bus ne sont pas les meilleurs conducteurs du monde : ils n’hésitent pas à faire des dépassements hasardeux voire dangereux et passent une grande partie du trajet à klaxonner et téléphoner. Toutefois, nous n’avons jamais eu le sentiment de mettre notre sécurité en péril. Les bus sont propres et bien entretenus. Il est important de penser à se déchausser à l’entrée sous peine de se faire réprimander.

Il existe un système d’Open Bus Ticket au Vietnam. Il s’agit d’un seul et unique billet à acheter auprès d’une compagnie. Les prix varient en fonction du nombre de trajets et des destinations. Ils permettent dans une grande majorité de rejoindre Hanoï à Saïgon et inversement.

Les tickets Open Bus sont soumis à deux contraintes importantes :

→ ils ne sont valables qu’un mois ;
→ les dates des différents trajets doivent être fixées à l’achat et confirmées à la compagnie la veille de chaque départ.

Ces tickets sont très pratiques lorsque l’on a peu de temps pour visiter le Vietnam et que l’on a des dates définies à l’avance. Cela permet de ne s’occuper de ses billets de bus qu’une seule fois au début du séjour et de ne pas perdre de temps en négociations dans les différentes étapes.

Les compagnies sont nombreuses à proposer ce genre de ticket : toutes proposent sensiblement la même offre. Nous n’avons pas choisi cette option pour notre voyage de deux mois car nous voulions être flexibles. À notre retour, nous avons fait une étude comparative entre les destinations/prix d’un Open Bus ticket et les prix payés individuellement : nous nous sommes aperçus qu’il était plus avantageux d’acheter nos tickets au fur et à mesure.

Conduire

Un voyage au Vietnam ne serait pas complet sans une virée en moto ou en scooter. En effet, il est très agréable de partir sur les petites routes à la découverte des paysages. De plus, de nombreux sites ne peuvent être rejoints que via ce mode de transport. Ainsi, si l’envie vous venait de louer un engin à deux roues, voici quelques observations et recommandations.

Il faut savoir qu’au Vietnam, il n’est pas légal pour un étranger de conduire un scooter au-dessus de 50 cm3 sans permis vietnamien ou sans que soit mentionné sur le permis de conduire international la mention « permis moto ». Toutefois, aucun permis n’est demandé pour la location d’un véhicule et la probabilité d’être arrêté par la police est mince sauf à Mui Ne, seule ville où les agents se rincent sur le dos des touristes.

Le bon prix pour une location de scooter est 100,000 VND pour 24 heures. Il est nécessaire de bien établir les termes de la location car on ne vous fera presque jamais signer de contrat. Une assurance est recommandée : nous avons croisé de nombreux jeunes gens avec des blessures aux avant-bras, jambes et ventres suite à un accident.

Si vous n’avez jamais conduit de scooter, le Vietnam n’est pas le pays où nous conseillons son apprentissage car la conduite vietnamienne est assez particulière. Le sens de la circulation est le même qu’en France : toutefois, il n’est pas rare de voir des scooters et vélos remonter la file à contre-sens. Les vietnamiens ne regardent que très rarement derrière eux lorsqu’ils veulent s’insérer sur une voie ; ils ne regardent pas non plus aux croisements où lorsqu’ils changent de voie : c’est aux autres de s’adapter. De plus, ils sont capables de s’arrêter à tout moment et sans prévenir sur le bord de la route. Dans les virages, ils prennent toujours l’intérieur et non l’extérieur de la chaussée comme le prône notre code de la route ! Cela rend l’expérience de conduite tout à fait… épique !

Manger & Boire

Nous nous sommes régalés pendant nos deux mois au Vietnam. La nourriture n’est pas du tout épicée, à mon grand bonheur !

Voici donc la liste non exhaustive de quelques spécialités que nous avons tout particulièrement appréciées :

→ Bun Cha : vermicelles de riz et porc grillé ;
→ Bun thit nuong : nouilles de riz accompagnées de porc grillé et d’une sauce à la tomate ;
→ Banh nam : riz frit cuit dans une feuille de banane avec une purée de crevettes ;
→ Banh khoai ou pancake : sorte de crêpe/omelette farcie.

Nous sommes gourmands et avons souvent craqué sur les deux snacks phares du pays :

→ Banh Mi : petite baguette de pain garnie ;
→ Banh Bao : boule blanche cuite à la vapeur et farcie.

Pour nous sommes enfin régalés tous les matins avec le café vietnamien.

Prix moyens

Au Vietnam, ne pensez pas vous en sortir sans une maîtrise parfaite de l’information. Dès lors que vous souhaitez réserver un bus, un hôtel, un scooter ou acheter nourriture et boissons, prenez le réflexe de rechercher les fourchettes de prix sur Google. Grâce à cette technique, il sera plus aisé de négocier et de savoir si la personne en face de vous essaye de vous survendre le bien ou le service. Il ne s’agit pas de payer le moins cher possible mais tout simplement de payer le juste prix.

Voici quelques indications sur les prix moyens :

→ Quel est le bon prix pour une bière [bouteille 650 cl] ?
15,000 VND ! Dans la majorité des destinations, il est possible de trouver ce tarif sauf à Hanoï où la bière est vendue 25,000 VND les 33cl. Petite astuce : les serveurs ne vous proposeront jamais la bière pression, demandez-là ! Vous serez surpris des prix [4,000 VND les 50cl à Hoi An ; 15,000 VND à Hanoï].

→ Quel est le bon prix pour une bouteille d’eau [1,5L] ?
10,000 VND ! Ne payez jamais plus que ce prix pour une bouteille d’eau à part à être assoiffés ! Petite astuce : achetez l’eau dans les supermarchés, les bouteilles sont vendues entre 7,900 et 8,1000 VND.

→ Quel est le bon prix un hébergement en chambre double avec salle de bain privative ?
Entre 200,000 et 250,000 VND en hébergement basique. À ce tarif, vous n’aurez pas un palace, sûrement pas de fenêtre mais vous êtes en droit d’attendre une chambre privative propre, de la climatisation, un réfrigérateur et une salle de bain spartiate.

Arnaques à gogo

Nous avions lu qu’il fallait être très méfiant au Vietnam sur les prix proposés par les locaux aux touristes. Ceci n’était finalement pas une légende urbaine : on a essayé de nous arnaquer à chaque coin de rue. La clé est donc encore une fois la maîtrise parfaite de l’information. 5,000 VND par-ci, 10,000 VND par-là : pris séparément, cela ne représente que quelques centimes mais avec l’accumulation, le montant peut vite devenir conséquent. Voici ci-dessous une liste de quelques arnaques courantes !

Arnaque sur les billets :

Les billets de 10,000 VND et de 100,000 VND se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Il est fréquent de faire l’erreur de les confondre au moment de payer. La pratique courante consiste soit à ne pas vous signaler l’erreur, soit à « se tromper » de billets lorsque l’on vous rend la monnaie.

Arnaque sur le rendu de monnaie :

Il est important de toujours vérifier la monnaie que l’on vous rend lors d’un achat car il peut manquer un ou deux billets.

Surévaluation du prix :

Il existe deux prix au Vietnam : le prix « local » et le prix « touriste ». Vérifiez les prix affichés et ne lâchez pas ! Attention aussi, on essayera fréquemment de vous faire payer deux fois pour un même service.

Voici une anecdote qui nous est arrivée dans le delta du Mékong :
Le bus se remplit peu à peu et le monsieur en charge de faire payer les tickets vient vers nous avec une attitude assez agressive. Il nous demande de payer notre ticket dont le montant s’élève à 100,000 VND par personne : celui-ci ne parle pas un mot d’anglais mais nous montre des billets avec insistance. Nous refusons car nous savons très bien que nous n’avons pas à payer plus de 40,000 VND. Il nous fait des signes et nous comprenons qu’il souhaite nous faire payer également les places occupées par nos sacs [pour rappel, c’est lui-même qui les avait placés ici alors que nous aurions pu les mettre sur nos genoux ou dans les compartiments au-dessus des sièges…]. Cela dure plusieurs minutes jusqu’à ce que nous lui disions que nous allons quitter son bus : il capitule et nous payons 40,000 VND par personne. Le prix affiché pour les locaux était 21,000 VND.

La « surveillance » du scooter :

Au Vietnam, les locaux ont créé un business très florissant qui consiste à s’approprier les trottoirs pour faire payer la « surveillance » de votre scooter. Il est important de bien vérifier les prix affichés car on essayera toujours de vous faire payer le double.

Voici une anecdote qui nous est arrivée à Hoi An :
Nous nous arrêtons faire un tour dans la vieille ville et garons notre scooter sur le trottoir et une madame nous alpague en nous disant qu’il s’agit d’un emplacement payant : 10,000 VND pour une heure. Alors que nous nous sommes résignés à payer cette somme au retour, cette même madame est en train de déplacer le panneau de son parking indiquant les tarifs, il est écrit dessus 5,000 VND et sans contrainte horaire. Lorsque nous lui faisons remarquer, celle-ci nous dit que le panneau n’est plus valide ! Nous avons pris le scooter et sommes allés ailleurs !

Les fausses entrées de sites :

Il faut se méfier des fausses entrées de site : par exemple au Mausolée de Minh Mang à Hué, un monsieur a installé un gigantesque panneau indiquant l’entrée du Mausolée. Toutefois, il ne s’agit en aucun cas de l’entrée officielle ! En échange du parking gratuit, vous devez acheter boissons et/ou nourriture dans son commerce, aux prix plus qu’élevés !

By | 2017-09-09T08:50:55+00:00 9 septembre 2017|Vietnam|

Leave A Comment