Uluru-Kata Tjuta

parc national au cœur de l'Australie

Après une semaine passée à découvrir l’architecture sublime de Sydney, nous reprenons l’avion pour revenir sur nos pas : direction le parc national Uluru-Kata Tjuta.

Cette étape n’était pas prévue dans le programme originel de notre voyage autour du monde. Lorsque nous avons réservé nos billets d’avion, en juillet dernier, pour l’Australie, nous avions déjà réalisé quelques économies et avons décidé d’en réinvestir une partie dans des billets aller-retour supplémentaires.

Le parc national Uluru-Kata Tjuta est situé au sud de l’état australien appelé Northern Territory, plus particulièrement dans le « Red Centre », la région désertique du sud de l’état autour de la ville d’Alice Springs. Ce dernier nom fait référence à la couleur si particulière de la terre.

La star de ce parc n’est autre qu’Uluru, le monolithe rouge de 348 mètres de hauteur, connu également sous le nom d’Ayers Rock. Contrairement aux croyances, il n’est pas le plus grand du monde, devancé par le mont Augustus situé également en Australie.

Que faire à Uluru-Kata Tjuta ?

Nous passons 5 jours et 4 nuits au parc national Uluru-Kata Tjuta et consacrons nos trois journées pleines à sa découverte, après nous être acquittés de la somme de 25 AUD par adulte [nombre d’entrées illimité durant les 72 heures après l’achat].

Le premier arrêt qui nous semble indispensable est le Cultural Centre. Nous y découvrons à travers une courte exposition, le caractère sacré du lieu. En effet, cette terre est chargée d’Histoire. Le 26 octobre 1985 est une date plus qu’importante pour les aborigènes, ou Anangus, car la terre leur a été rendue par le gouvernement après plusieurs années de lutte. Néanmoins, la condition est que ce dernier conserve une autorisation d’exploitation durant les 99 années suivantes.

Aujourd’hui, le parc national est géré conjointement par les deux parties dont l’objectif commun est la préservation du site naturel.

Il existe deux ensembles rocheux sur le parc : Uluru ou Ayers Rock et Kata Tjuta ou The Olgas. Le premier signifie en langue aborigène « Earth Mother » et le second « Many Heads ».

Uluru est situé à une quinzaine de kilomètres de l’entrée du parc. Plusieurs chemins de randonnées sont disponibles pour découvrir de plus près le monolithe rouge.

Nous commençons par la randonnée « Mala Walk ». Ce chemin ne présente aucune difficulté et nous permet de découvrir des cavernes où différentes activités y étaient pratiquées par les Anangus : l’enseignement aux plus jeunes, la cuisine, les cérémonies…

Nous choisissons de réaliser cette promenade, accompagnés d’un ranger du parc. En effet, tous les matins à 8h00 ou 10h00 [en fonction de la saison], et pendant 1h30, un membre du parc accompagne gratuitement les visiteurs sur les traces des Anangus, partageant quelques croyances et légendes.

Nous enchaînons ensuite par la randonnée « Uluru Base Walk » qui permet de faire le tour du monolithe éponyme en 10,6 km. Aucune difficulté ici non plus, hormis la chaleur écrasante : nous ne comptons plus les litres d’eau que nous buvons sous 40°C !

Sur les conseils des rangers du Cultural Centre, nous réalisons cette randonnée en sens inverse. La première partie, appelée « Lungkata Walk », nous permet de nous retrouver au pied du rocher aux dimensions impressionnantes : 348 mètres de haut pour 3,6 kilomètres de long. Le plus surprenant pour nous est d’apprendre qu’une partie est enfouie sous terre sur 2,5 kilomètres de profondeur.

Rapidement, nous arrivons à « Mutitjulu Waterhole » : une étape à ne surtout pas manquer, permettant d’apercevoir un léger filet d’eau glisser le long de la roche rouge. Ainsi, nous découvrons que les traces noires visibles sur la paroi rocheuse, sont dues à l’écoulement de ce liquide.

Le second tronçon, « Kuniya Walk », nous permet toujours de longer le rocher et d’apprécier la marche. Nous arrivons ainsi à l’autre extrémité d’Uluru où une fontaine d’eau potable est disponible.

La dernière portion, soit un peu plus de la moitié et appelée « Base Walk », ne nous séduit guère et ne vaut réellement pas le coup en termes de qualité de chemin, d’informations ou de paysages ! En effet, il y a même une partie où nous sommes obligés de longer la route. Toutefois, après 3h00, nous pouvons dire que nous avons terminé le tour d’Uluru et en sommes fiers !

Il existe une dernière randonnée qui consiste en l’ascension du monolithe. Y monter, ne pas y monter ? Cette question est polémique et fait débat. Les Anangus invoquent son caractère sacré pour demander aux visiteurs de ne pas grimper sur le rocher, même si le chemin existe et est ouvert. Ce dernier est toutefois très souvent fermé car son ouverture dépend d’une multitude de critères : température, pourcentage précis de risques de pluie, la vitesse du vent, la présence de nuages…

La situation est donc réellement contradictoire mais va être réglée prochainement. En effet, cet accès va être fermé à partir d’octobre 2019. Les Anangus demandent depuis plusieurs années sa fermeture mais deux conditions devaient être remplies pour qu’elle soit appliquée : qu’il y ait d’autres activités pour attirer les visiteurs mais également que moins de 20% des visiteurs du parc réalisent cette ascension. Ainsi, des capteurs ont été installés le long de la randonnée pour compter le nombre de passages.

Kata Tjuta est quant à lui situé à 48 kilomètres de l’entrée du parc. Moins connu que le précédent, c’est cependant pour lui que nous avons un gros coup de cœur.

En effet, nous commençons par le tour complet de la « Valley of the Winds Walk ». Longue de 7,4 km, elle permet de passer, dans un premier temps, par les deux points de vue « Karu Lookout » et « Karingana Lookout ». Cette portion est très fréquentée par les groupes mais est sublime. Nous passons au cœur des 36 dômes rouges du site.

Nous sommes ravis car contrairement au tour d’Uluru, ce chemin est un réel chemin de trail : chaussures adaptées obligatoires pour grimper de roches en roches. Nous sommes enfin surpris par la couleur verte si intense de la végétation. La nature est si bien faite qu’elle a même repris ses droits sur la roche, en poussant sur les dômes. Les contrastes sont donc sublimes et s’expliquent par les très fortes précipitations, notamment pendant les dernières fêtes de fin d’année où le parc a dû être fermé à cause d’inondations.

La seconde partie de la randonnée est plus difficile par conséquent peu fréquentée ; les groupes préférant revenir sur leurs pas jusqu’au parking plutôt que d’effectuer la boucle. C’est donc ici qu’il est possible d’apercevoir le plus d’animaux : nombreux sont les sublimes oiseaux et papillons que nous croisons.

La chaleur est très intense en plein soleil, c’est pourquoi le trail « Valley of the Winds » est fermé dès que la température atteint 36°C, soit à 11h00 pendant notre séjour.

Après trois heures, nous décidons de poursuivre notre marche sur le trail « Walpa Gorge ». Ce dernier est plutôt court [2,6 km aller-retour] et ne présente pas de difficulté majeure. Nos pas nous mènent ainsi, comme son nom l’indique, jusqu’à une gorge.

Benjamin profite de la présence des nombreux cailloux et rochers pour fabriquer des cairns et avec le vent, cela représente un exploit de les faire tenir.

Enfin, les deux activités où nous avons croisé le plus de monde sont évidemment le lever et le coucher de soleil. Il existe différents points de vue permettant de les observer. La météo n’est pas en notre faveur durant notre séjour et nous n’avons donc pas la chance d’apercevoir les sublimes reflets rosés ainsi que les changements de couleur de la roche dont on nous avait parlés. Toutefois, les points de vue permettent, même en pleine journée, d’avoir des vues panoramiques superbes.

Les deux points de vue « Car Sunset » et « Talinguru Nyakunytjaku » permettent d’observer Uluru sous deux angles différents. Nous avons testé le premier au coucher de soleil et le second, au lever. Les horaires précis des deux évènements sont affichés à la réception du camping.

Deux points de vue sont disponibles autour du Kata Tjuta : le « Kata Tjuta Dune Viewing » et le « Sunset Viewing ». Le premier est tout à fait sublime car il offre une vue panoramique sur Kata Tjuta mais également sur Uluru : il s’agit donc de notre préféré, bien qu’un peu plus loin de l’entrée du parc.

Le second ne nous a pas conquis car il n’offre qu’une vue très réduite sur un versant du Kata Tjuta.

Mais encore…

Apprécier la chaleur

On nous avait dit : « vous allez à Uluru en été ? Vous allez avoir très chaud la journée et très froid la nuit. » Il a fait très chaud la journée : 46°C en température ressentie. À Uluru, les températures sont classées sur une échelle : au-dessus de 36°C, nous passons dans la catégorie des températures extrêmes. Il est vrai qu’il fait un peu plus frais la nuit, le vent se lève régulièrement en fin de journée et nous avons même le droit à quelques gouttes de pluie. Toutefois, impossible d’avoir froid dans une tente qui a passé toute la journée en plein soleil : nous avons chaque nuit, l’impression d’être dans un sauna.

Profiter des activités gratuites

Un large panel d’activités gratuites est proposé par Ayers Rock Resort, dont les horaires et détails sont disponibles au centre d’information du resort. Celles-ci permettent par exemple de participer à des marches organisées par des rangers, de s’essayer au didgeridoo ou encore de découvrir la nourriture du bush. Cependant, notre activité favorite est la piscine du camping où l’eau est iodée et plutôt chaude.

Découvrir la faune locale

La faune rythme un séjour à Uluru. En effet, nous rencontrons un nombre incalculable d’oiseaux, tous plus beaux les uns que les autres et ils ne sont pas craintifs. Le plus impressionnant est sûrement les 27 cacatoès de couleur rose, gris et blanc qui encerclent notre tente en fin de journée. Les pigeons à houppette ont également partagé nombreux de nos repas.

Il y a aussi les petits lézards à la peau tachetée qui se faufilent dans le sable rouge ou qui grimpent aux arbres, les papillons, les sauterelles, les abeilles géantes et les lièvres que nous entendons gambader chaque nuit autour de la tente.

Moins réjouissant, nous nous faisons constamment attaquer par des hordes de fourmis qui nous grimpent le long des jambes et Benjamin se fait piquer par quelques rares moustiques. Cependant, la palme revient aux mouches : pendant l’été, celle-ci sont très nombreuses. Impossible de se déplacer en journée sans en avoir plusieurs dizaines qui nous tournent autour. Nous faisons donc l’acquisition de moustiquaires de tête [15 AUD les deux, vendues à la boutique du resort]. Certains visiteurs optent pour la tapette et se promènent avec toute la journée.

Observer les étoiles

À la nuit tombée, la pollution lumineuse étant minime depuis le camping, nous observons le ciel étoilé : nous n’avons jamais aussi bien vu la Voie Lactée qu’ici. Le spectacle est éblouissant : nous vous recommandons de télécharger une application pour les observer et découvrir les constellations.

Comment venir à Uluru-Kata Tjuta ?

Nous volons avec la compagnie Jetstar dont la réputation n’est pas la meilleure en Australie car elle est surnommée « Chitstar ». Pour comparaison, nous pourrions la comparer à notre easyjet : cette compagnie qui vérifie au gramme prêt le poids des bagages en cabine. Nous avions donc anticipé en achetant à l’avance un bagage en soute supplémentaire pour 75 AUD aller-retour. Nous ne voyageons habituellement qu’avec des bagages en cabine mais nous avions du matériel supplémentaire à transporter. Arrivés au check-in, nous avions moins que le poids autorisé mais celui-ci n’était pas réparti correctement dans les sacs : il a donc fallu les refaire avant l’embarquement !

Après 3h30 de vol et 1h30 de décalage horaire en moins [+8h30 par rapport à Paris], nous atterrissons. La vue depuis le hublot est superbe : le désert et sa végétation à perte de vue. Nous sommes également du bon côté pour apercevoir le monolithe de grès rouge du ciel.

Comment se déplacer à Uluru-Kata Tjuta ?

NL’aéroport est tout petit et des bus attendent à la sortie pour conduire, gratuitement, les nouveaux arrivants dans les hôtels. Il existe également des navettes gratuites pour se déplacer à l’intérieur du resort. Ces dernières circulent de 10h30 à 00h30, toutes les 20 minutes. Toutefois, il est également aisé de s’y déplacer à pied, en empruntant les sentiers de terre rouge.

Pour être autonomes, nous décidons de louer un véhicule pour une durée de 3 jours. Deux options sont possibles : le récupérer à l’aéroport ou au Centre d’information, situé sur le complexe d’Ayers Rock Resort et facilement accessible à pied. Nous avons choisi cette seconde option en réservant via le site Expedia. La réservation a été faite cinq mois à l’avance et nous avons pu ainsi bénéficier d’un excellent tarif de 150 AUD. Le site VroomVroom propose également des tarifs intéressants.

En 3 jours, nous avons fait quasiment 300 kilomètres : une station à essence est disponible et le prix du litre est de 1,87 AUD.

Nous sommes étonnés de la présence d’un autocollant dans notre voiture : celui-ci précise qu’il ne faut ni s’assoir sur le toit, ni sur le capot du véhicule. Nous avons découvert que cette pratique était courante pour observer le coucher de soleil sur Uluru.

Où manger à Uluru-Kata Tjuta ?

NPlusieurs restaurants sont disponibles, mais les prix ne sont que peu compétitifs : même dans les points de restauration classés dans la catégorie « abordable » dans le livret d’accueil d’Ayers Rock Resort.

Nous nous rabattons donc sur la supérette disponible dans l’enceinte du resort. Nous n’avons pas d’ustensiles de cuisine et n’avons pas l’envie d’investir dedans pour seulement 5 jours : nous choisissons donc nos repas parmi une large sélection de salades composées préparées ; sandwiches et wraps.

Un réapprovisionnement est fait pour le service du soir et de nombreuses promotions sont disponibles notamment pour des plats préparés dont la date de consommation arrive à la limite. Cela permet de se faire plaisir, tout en faisant des économies.

Où dormir à Uluru-Kata Tjuta ?

Il n’est pas autorisé de dormir dans le parc national. Ainsi, la ville la plus proche s’appelle Yulara. Ici, un seul et même acteur, Ayers Rock Resort, exploite l’ensemble des hôtels, restaurants, activités… Malgré les nombreux hébergements, les prix sont exorbitants ! Nous avons donc choisi le moins cher qui porte le nom de « Ayers Rock Campground ». Nous n’avons pas opté pour les cabines mais pour un emplacement de tente ! La dernière fois que j’ai fait du camping, cela remonte à mes 13 ans quant à Benjamin, il se souvient avoir reçu en cadeau de Noël une tente de couleur violette et argent qu’il plantait dans son jardin !

Le mystère est levé, voici donc ce que nous sommes allés acheter au Décathlon de Sydney : une tente et un duvet. [40 + 18 AUD]

Il existe des emplacements de tente appelés « powered » et d’autres « unpowered ». Nous en avions réservé un dans la première catégorie, ne sachant que peu les différencier. En réalité, le « powered » met à disposition des bornes électriques pour pouvoir relier des appareils tels que réfrigérateurs et lumières que les occupants installeraient dans leur tente ; le « unpowered » ne bénéficie pas de ces bornes. Avec notre tente 1er prix Décathlon, nous aurions donc pu prendre le second. Nous avons payé nos quatre nuits 120 AUD car nous bénéficions de la promotion « trois nuits réservées, deux nuits payées » en cours.

Les 1er prix Décathlon ne sont jamais décevants et notre tente se monte en moins de 10 minutes. Nous choisissons un endroit où l’herbe est bien dense pour que cela nous crée un matelas naturel.

Au Campground, les infrastructures sont pratiques et propres. Plusieurs blocs sanitaires sont dispersés à travers la végétation et une piscine et aire de jeux sont disponibles. Il y a également des tables de pique-nique, des barbecues en libre-service et un espace cuisine. Ce dernier est le seul qui soit décevant car il n’y a en réalité que frigos et bouilloires : aucun ustensile. À noter également que le Wifi n’est gratuit que pour les réservations faites dans des hôtels et non au campground. Les pass 3 jours sont vendus 20 AUD : un seul appareil peut être connecté en même temps sur chaque pass.

Au cours de notre séjour, la question suivante s’est posée : « qu’allons-nous faire de notre tente et notre duvet à notre retour ? ». Ne sachant à qui les donner et ne voulant pas les jeter, nous usons d’une petite technique : nous les rapportons chez Décathlon et leur demandons un remboursement. Le matériel étant tout propre et très peu utilisé, cela n’a pas posé de problème.

en un clin d’oeil…

Où dormir ?

AYERS ROCK CAMPGROUND

20 € l’emplacement powered pour une tente avec la promotion 3 nuits réservées, 2 nuits payées. Sanitaires et cuisine commune. Piscine et parking. Internet Payant !

Lien réservation

Où manger ?

Nous avons acheté nos repas au supermarché du resort. Le bon plan pour les petits budgets : les sandwichs, salades et wraps vendus à moitié prix lorsque les dates de péremption arrivent à échéance.

Comment s'occuper ?

Nombreuses randonnées autour d’Uluru
Nombreuses randonnées autour de Kata Tjuta
Lever et coucher de soleil
Cultural centre
Activités gratuites au resort
Piscine

Combien ça coûte ?

Vol Sydney → Uluru AR: 248 AUD
Location voiture 3 jours : 150 AUD
Essence 1L : 1,87 AUD
Eau : gratuite
Entrée parc national : 25 AUD
By |2018-05-14T18:54:38+00:0010 mai 2018|Australie|

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.