Bangkok

la cité des anges

Lorsque nous évoquons la « cité des anges », nous pensons instantanément à la ville de Los Angeles, de par sa traduction littérale. Toutefois, la mégalopole dont le surnom est « cité des anges » est bien Bangkok. Pourquoi ? La réponse est simple : cette ville n’est nommée « Bangkok » que par ses touristes.

En effet, son nom thaïlandais est : « Krung Thep mahanakhon amon rattanakosin mahintara ayuthaya mahadilok phop noppharat ratchathani burirom udomratchaniwet mahasathan amon piman awatan sathit sakkathattiya witsanukam prast ». Ce nom à rallonge signifie en français : Ville des anges, grande ville, résidence du Bouddha d’émeraude, ville imprenable du dieu Indra, grande capitale du monde ciselée de neuf pierres précieuses, ville heureuse, généreuse dans l’énorme Palais Royal pareil à la demeure céleste, règne du dieu réincarné, ville dédiée à Indra et construite par Vishnukarn. Par souci de praticité, les thaïlandais l’appelle uniquement « Krung Thep », dont la traduction est « la cité des anges ».

Nous avons fait trois étapes à Bangkok pendant notre voyage autour du monde. Si nous en avons fait autant, c’est que les multiples séjours à notre compteur nous ont conduit à prendre quelques habitudes dans la capitale thaïlandaise : nous nous y sentons très bien. Nous aimons déambuler dans cette ville multiculturelle aux forts contrastes et qui semble ne jamais dormir. Peut-être est-ce également car il s’agit du premier endroit que nous avons visité en amoureux, quelques mois seulement après notre rencontre ?!

À chaque atterrissage que nous faisons à Bangkok, nous sommes comme envoûtés et excités de retrouver ses rues et son atmosphère. À peine partis, il nous tarde déjà d’y programmer un nouveau séjour !

À travers cet article, nous souhaitons vous donner envie d’en faire votre prochaine destination de vacances. Ainsi, voici tous les conseils et bons plans que nous avons amassés, au fil de nos visites.

Que faire à Bangkok ?

Il y a d’innombrables visites et promenades à faire à Bangkok, si tant est que l’on apprécie le tourisme urbain. Les séjours y sont souvent courts, c’est pourquoi nous vous proposons des idées de « journées types » pour découvrir au mieux cette destination.

Les incontournables

Les trois temples et bâtiments qui sont à visiter pour découvrir l’Histoire de la Thaïlande et la Culture bouddhique sont : le Palais Royal, le Wat Pho et le Wat Arun. S’ils sont éloignés de Sukhumvit, ils ont au moins pour avantage d’être situés dans le même quartier.

Il est intéressant de commencer cette journée par la visite du Palais Royal, construit en 1782 par le roi Rama Ier, premier monarque de la dynastie actuelle. Le Palais est ouvert de 8h30 à 15h00 et nous recommandons d’être devant le guichet, quelques minutes avant l’ouverture pour pouvoir passer avant les groupes et ainsi s’éviter une visite pénible et bruyante ! Il est préférable de ne pas perdre de temps et de s’y rendre en taxi [150 THB depuis la station de BTS On Nut] ou en tuk-tuk, pour l’expérience et le folklore [attention de bien négocier la course en amont ; environ 400 THB depuis Sukhumvit]. Une arnaque fréquente des guides ou tuk-tuks est de dire que « tel ou tel lieu est fermé et qu’ils vont vous emmener voir autre chose ». Ceci est totalement faux !

Le dress code est très stricte pour entrer dans le Palais Royal et des gardes se postent à l’entrée pour refouler les visiteurs qui ne le respecteraient pas. Jambes entièrement couvertes, chaussures fermées, aucun décolleté ou épaule nue [la technique de passer un simple châle sur ses épaules dénudées ne fonctionne pas, ici] et cela s’applique également aux hommes. Un service de prêt de tenue adéquate avec caution est disponible à l’entrée, mais la file d’attente peut être très longue : autant anticiper !

La visite, qui ne dure pas moins de trois heures, est ensuite extraordinaire. Les temples, les statues de Bouddha, dont celle du fameux Bouddha d’Émeraude [qui n’est pas fabriqué dans cette pierre mais dans du jade], les toits et les statues de dvarapalas, les cours et les musées : rien n’est à manquer !

Dernier point : cette visite est onéreuse [500 THB par personne] ; toutefois, celle-ci vaut vraiment le coup.

Le Wat Pho se situe à 10 minutes à pied du Palais Royal : il est donc très facile de le rejoindre sans avoir à faire aux tuks-tuks qui demandent tout de même 100 THB pour ce trajet. La visite du Wat Pho [100 THB par personne ; 2h00 de visite] est incontournable tant le Bouddha couché est impressionnant à observer. Celui-ci mesure 45 mètres de long et 15 mètres de haut. Le clou de la visite est l’observation des 108 états de Bouddha, dessinés en nacre sur ses pieds. Toutefois, en janvier 2018, ils sont encore en rénovation.

Dans son dos, des bols sacrés sont disposés le long du mur. Il faut acheter l’équivalent de 20 THB en pièces, puis les déposer une par une dans chacun des bols. Attention, il ne faut en louper aucun pour que cela porte bonheur.

Nombreux sont les visiteurs à ne s’arrêter qu’à cette statue et à ne pas s’aventurer dans les corridors et autres temples. Les stupas de mosaïques sont gigantesques et rayonnent sous le soleil ; des dizaines de statues de Bouddha sont alignées dans des couloirs et ces dernières semblent nous regarder peu importe où nous nous trouvons.

Il faut noter que le Wat Pho abrite une école de massage depuis 1962. Si l’on est observateur, il est possible de découvrir sur les murs de certaines galeries, des explications sur les différents points et zones à masser.

Le dernier arrêt de la journée se fait au Wat Arun [50 THB par personne], situé sur la rive opposée du Chao Phraya, le fleuve qui traverse Bangkok. Pour le rejoindre, il est préférable d’emprunter le ferry au « Tha Tien Pier », également appelé « Pier 8 ». L’endroit est facilement reconnaissable car il y a de nombreuses boutiques et commerces de rue. La traversée ne dure que deux minutes et cela coûte 4 THB par personne. Ce moyen de transport est donc beaucoup moins coûteux et plus rapide que de prendre un tuk-tuk.

Le Wat Arun ou « Temple de l’Aube » est construit dans le style architectural d’Ayutthaya. Lorsque nous avions réalisé sa visite en 2015, nous pouvions encore grimper jusqu’à son dernier étage. Depuis sa récente rénovation, seul le premier étage est encore accessible. Il est possible d’y admirer des statues de kinaries, les femmes-oiseaux ; et de contempler la symétrie des quatre tours.

Il ne faut également pas manquer le temple qui se situe juste à côté.

Il est enfin impossible de terminer cette journée sans profiter d’une promenade sur le Chao Phraya et ainsi d’admirer les hôtels et les buildings qui en bordent les rives. Il existe des lignes de bateaux appelées le « Chao Phraya Express ». Depuis le Wat Arun, il faut emprunter la ligne orange qui s’arrête à la station de BTS « Saphan Thaksin ». Le trajet aller coûte 15 THB pour une trentaine de minutes de trajet.

Shopping et rues

Nous ne pourrions dire combien de centres commerciaux sont érigés dans les rues de Bangkok. Voici une petite sélection de nos préférés :

Terminal 21

Ce centre commercial est construit sur la thématique du vol et de l’aéroport. Ainsi, chaque étage représente une destination. Tokyo, Paris, Londres, Istanbul, San Francisco : en quelques secondes, les clients passent d’une ambiance à une autre. Point fort de ce mall, il y a du wifi gratuit !

Emporium

Ce mall est très luxueux et un peu éloigné des autres. Nous y aimons son cinéma, le Emprivé CineClub, où nous sommes allés voir le dernier Star Wars, en décembre dernier. Les places sont un peu plus chères qu’ailleurs [350 THB la place], mais nous étions installés comme à la maison. Au début de chaque séance, un hommage au roi est demandé et tout le monde présent dans la salle doit se lever : c’est assez impressionnant la première fois !

Siam Paragon

Nous n’y faisons pas nos emplettes car les boutiques ne correspondent pas à nos bourses. Toutefois, nous recommandons de faire un tour au premier étage pour voir quelque chose d’assez inédit pour un centre commercial : des concessions des plus grandes marques de voiture y sont installées et les modèles sont exposés. Le food-court au sous-sol est gigantesque et mérite d’y déambuler. Les étals sont plus appétissants les uns que les autres.

Siam Centre

Ce centre commercial est situé juste en face du précédent, relié par Siam Square, la place piétonnière. Nous y trouvons, ici, de nombreuses créations de créateurs.

Siam Discovery

Le Siam Discovery a obtenu trois prix en 2017, dont celui de « meilleur design de centre commercial du monde ». C’est effectivement le style usine et très design de son architecture intérieure que nous aimons.

Central World

Notre dernière visite de Bangkok s’est faite pendant les fêtes de fin d’année. Bien que les bouddhistes ne fêtent pas Noël, les rues sont décorées et illuminées. Tous les centres commerciaux rivalisent d’imagination pour proposer des décorations originales. Toutefois, c’est bien au Central World que nous avons trouvé des décorations géantes et démesurées. L’ensemble était splendide !

Les boutiques sont plus abordables ici. Il ne faut pas s’y méprendre, les tarifs, pour un même article chez des marques comme Uniqlo ou H&M, sont les mêmes qu’en France.

MBK

Le fameux et l’unique, celui où toutes les folies sont possibles ! Direction le bazar pour acheter des t-shirts, pantalons, robes, souvenirs, valises etc… Une seule règle ici : il ne faut jamais payer le premier prix annoncé par les vendeurs car tout se négocie ! Évidemment, les marques proposées, ici, ne sont que de la contrefaçon. Benjamin apprécie particulièrement les t-shirts plutôt originaux qui y sont vendus. Compter entre 100 et 200 THB un t-shirt, 200 THB une robe, 150 THB des tongs.

Nous aimons nous promener entre ces centres commerciaux à pied, car ils sont tous situés sur Sukhumvit. Cela nous permet d’observer les maisons aux esprits qui sont particulièrement imposantes à Bangkok : proportionnelles à la grandeur des buildings et à leur richesse. Les croyances disent que lorsqu’un bâtiment est construit, cela déloge les esprits. Pour ne pas déclencher leur colère et s’assurer de leur protection, une maison aux esprits doit être construite pour les reloger. Cette dernière ne doit jamais être érigée dans l’ombre de la bâtisse. Des offrandes quotidiennes, qui peuvent être entre autres, des fleurs, des boissons ou de la nourriture, doivent y être faites quotidiennement.

Depuis le Skywalk, passerelle piétonnière construite au-dessus de la route, nous aimons regarder les allers et venues dans l’enceinte du temple Erawan. Il s’agit d’un sanctuaire hindouiste extrêmement vénéré et toujours très fréquenté par les locaux qui viennent s’y recueillir. Il a été bâti en 1956, suite à des accidents sur le chantier de l’hôtel en construction, situé sur le même espace. Le temple était censé conjurer le mauvais sort qui planait sur ce dernier.

Enfin sur ce parcours, il y a deux points vue que nous apprécions tout particulièrement. Le premier se situe au croisement de « Phloen Chit Road » et de « Ratchadamri Road ». Il est possible d’y apprécier la vue sur les buildings et le centre commercial BIG C. Nous pourrions également rester des heures à observer le trafic incessant, depuis la plateforme piétonnière qui traverse « Ratchadamri Road ».

Le second est le point de vue à 360°, depuis la place du Skywalk entre le MBK et Siam Discovery. Le Bangkok Art and Culture Centre est installé au pied et il y a donc de nombreuses œuvres d’art de rue, dont un portrait de l’ancien roi Rama IX. Depuis la plateforme, nous sommes toujours impressionnés de voir les deux lignes aériennes de BTS se croiser, l’une au-dessus de l’autre.

Hors des sentiers battus

Avec un temps de séjour plus long, il est possible de réaliser quelques visites moins connues des touristes. Pour cela, il faut emprunter la ligne de bateaux-bus appelée Khlong Saen Sap. Comme son nom l’indique, il s’agit de bateaux publics naviguant d’arrêts en arrêts sur le canal. La ligne dessert les visites ci-dessous et cela ne coûte que quelques baths. Les tickets sont vendus directement à bord.

Ce moyen de transport a le mérite de nous faire découvrir une autre facette de Bangkok : la vie au bord de l’eau avec ses habitations précaires.

Pour rejoindre la Golden Mountain ou Golden Mount, il faut s’arrêter à l’arrêt « Phan Fa Lilat ». Ce temple, dont le stupa doré s’élève en haut d’une colline artificielle, s’appelle aussi Wat Sraket. C’est toujours un plaisir de visiter cet endroit et d’y monter par ses quelques 300 marches [20 THB par personne ; tenue correcte pour la visite d’un temple]. Le chemin est parsemé de statues et de cloches qu’il est important de faire résonner uniquement par nombre impair.

Plus nous montons, plus nous découvrons une vue imprenable sur la ville avec d’un côté le canal et de l’autre, les toits du Palais Royal et du Wat Pho.

À l’intérieur, il est possible de rencontrer un moine qui nous bénit et nous accroche un « saisin », ces petits bracelets bouddhiques tressés par leurs soins et qu’il faut garder au poignet, droit pour les hommes et gauche pour les femmes, pendant au moins trois jours.

Enfin, l’accès au stupa doré se fait par un petit escalier : attention à la tête pour les plus grands ! Son tour ne doit se faire que dans le sens des aiguilles d’une montre, selon les coutumes bouddhistes. Nous aimons observer, flotter au vent, les guirlandes d’offrandes fabriquées avec des billets.

La descente ne se fait pas par le même côté et il faut reprendre les escaliers en sens inverse. Pour les petites soifs, nous aimons prendre des boissons glacées à emporter sur les échoppes de rue, présentes à la sortie [20 THB].

Quelques mètres plus loin, se trouve le Wat Ratchanatdaram. Peu fréquenté, il est agréable d’y déambuler. Les peintures dans le temple principale sont superbes. La dernière fois que nous y sommes venus en janvier 2018, les moines étaient réunis pour méditer : l’atmosphère était à la sérénité. C’était un très beau moment d’écouter leurs voix à l’unisson.

Un dédalle d’échoppes y est également installé. Il est possible d’y acheter des statues gigantesques de Bouddha, mais il est aussi possible de trouver de petits souvenirs !

Il est nécessaire de reprendre le bateau en sens inverse pour s’arrêter à l’arrêt « Hua Chang ». Sur quelques mètres, il est agréable de marcher le long du canal et d’admirer les œuvres de street arts, peintes autant sur les murs que sur le sol.

Ainsi, nos pas nous mènent jusqu’à la maison de Jim Thompson. L’accès coûte 150 THB par personne et la visite ne peut se faire qu’avec un guide. À l’achat du ticket, on nous attribue un horaire de visite en groupe, en fonction de la langue de la visite. Celle-ci dure une trentaine de minutes.

Nous commençons par les jardins où nous pouvons observer la maison en bois de l’américain éponyme, célèbre en Thaïlande pour avoir relancé la production de la soie.

À l’intérieur, il est strictement prohibé de prendre des photos. Grâce aux explications de notre guide, nous découvrons la vie de Jim Thompson, disparu mystérieusement dans les Cameron Highlands en 1967. Les objets d’art sont nombreux, les pièces ont été réaménagées et nous en apprenons beaucoup sur la culture et les croyances thaïlandaises.

Un restaurant est installé sur place et un service de navette gratuite permet de rejoindre le boulevard Rama 1er et le BTS à la station « National Stadium ».

Pour échapper à la ville, il est possible d’aller se promener dans les allées du parc Lumphini. Vaste de 57 hectares, il est possible de louer des bateaux sur son lac. Notre activité préférée consiste néanmoins à chercher les varans, qui se promènent parfois sur les pelouses.

Pour aller plus loin

Si vous disposez de plus de temps sur Bangkok, il est possible de réaliser deux excursions que nous n’avons toujours pas pris le temps de visiter : explorer Ayutthaya et se rendre sur un marché flottant.

Où manger à Bangkok ?

Comme à peu près partout en Thaïlande, nous trouvons de la nourriture de rue, surtout en journée. Les stands s’installent notamment devant les immeubles de bureaux et il est possible d’apercevoir une marée humaine s’agglutiner sur ces derniers pour le déjeuner. Nous recommandons le petit marché installé au bord de la ligne de chemin de fer à côté de la station de BTS « Phloen Chit » pour le déjeuner ; pour le dîner, nous adorons dévorer des brochettes sur Sukhumvit 4 Alley [10 THB l’unité] ainsi que du mango sticky rice [20 THB le riz et le lait de coco + 60 THB la mangue].

Il existe de nombreux food-courts dans les centres commerciaux et nous aimons beaucoup l’effervescence du gigantesque food-court situé au sous-sol du Siam Paragon. Nous avons d’ailleurs l’habitude d’y déguster des « pizzas ou brioches saucisses » à chacun de nos passages. Pour une ambiance un peu plus cozy, nous aimons le food-court W Market, situé près de la station de BTS Phra Khanong.

Le Im Chan est un restaurant local, installé dans la rue près du centre commercial Emporium. La nourriture est préparée dans la cuisine extérieure et est délicieuse. Nous recommandons le Tom Kha Gai, le Som Tam Thai ou encore le Laap et le Morning Glory. Les prix sont dérisoires : en moyenne, 55 THB par plat.

Enfin, pour manger thaïlandais mais dans des endroits plus sophistiqués, donc beaucoup plus onéreux, nous recommandons le Esaan Nation Kitchen [150 à 200 THB le plat] et le Issaya Siamese Club.

Pour faire des courses alimentaires ou du quotidien, des 7 Eleven se trouvent à tous les coins de rue. Le supermarché Big C est, quant à lui, gigantesque et nous y trouvons même des petits beignets au rayon boulangerie pour 7 THB.

Où sortir à Bangkok ?

S’il y a bien une expérience à vivre à Bangkok, c’est celle de prendre de la hauteur. Rien de mieux donc que de déguster un cocktail sur l’un de ses nombreux bars en rooftop et d’observer les lumières de la ville à perte de vue.

Nous avions pris l’habitude de nous rendre au rooftop du Lebua, célèbre pour avoir servi de décor dans le film « Very Bad Trip ». Situé au 63ème étage, il est très fréquenté et surtout assez excentré : il est donc obligatoire de s’y rendre en taxi. Les cocktails sont délicieux mais chers : comptez au minimum 650 THB sans les taxes. Attention, le dress code est assez strict : pas de tongs !

Nous avons récemment découvert l’Octave Bar & Rooftop, situé au 49ème étage de l’hôtel Marriott Hotel Sukhumvit. La vue à 360° nous a charmé instantanément ! Le meilleur moment est de s’y rendre avant le coucher du soleil pour regarder l’astre décliner et les lumières de la ville s’allumer. Autre bon point : les Happy Hours, de 17h00 à 19h00, qui offrent une réduction de 50% sur les cocktails signatures [350 THB le cocktail sans réduction]. À noter, les taxes et les frais de service ne sont pas inclus. Cependant, l’endroit commence à être trop fréquenté et il est difficile d’y trouver une table. La loi interdit l’accès à ce bar au moins de 21 ans, même accompagnés d’adultes, qui peuvent toutefois accéder au bar du 45ème étage, où les Happy Hours sont également disponibles.

Le rooftop de l’hôtel Muse, de la marque MGallery n’est pas si haut mais offre une vue au cœur des buildings de la capitale. L’endroit est plus haut de gamme, plus cozy mais également plus cher. Comptez au minimum 300 THB, sans les taxes.

Pour les passionnés de mixologie, comme Benjamin, voici quelques bars discrets et exclusifs de Bangkok, à destination de connaisseurs. Certains n’ont même pas de devanture ou d’enseignes et c’est seulement le bouche-à-oreille qui permet de les faire connaître. « G.Boroski » sur Sukhumvit soi 55 ; « Vesper Cocktail Bar » sur Covent Road proche du quartier Silom ; « Iron Fairies » sur Thonglor ; « Sugar Ray [you’ve just been poison] sur Ekamai ».

Où loger à Bangkok ?

Nous lisons ou entendons régulièrement que la meilleure localisation pour découvrir Bangkok est « Koh San Road ». Cette rue est réputée pour ses guesthouses et bars peu chers, à destination des backpackers. Selon nous, cet endroit ne permet pas de découvrir la ville car il n’est en rien local.

À Bangkok, nous recommandons donc de loger dans une résidence hôtelière [appartement ou chambre privative à réserver sur Airbnb] sur « Sukhumvit », le boulevard principal, et ses « soi », ses rues perpendiculaires. Pour être plus précis, nous recommandons les soi situés entre la station de BTS « Siam » et la station « Asok ». Cette portion de Sukhumvit détient tous les attraits que les voyageurs recherchent : accès aux transports [MRT, BTS, bateau, City Ligne depuis l’aéroport] ; proximité des centres commerciaux ; choix d’hôtels avec des bars attractifs et de restaurants. Sukhumvit est donc le poumon de Bangkok.

Nous avons toujours réussi à trouver des hébergements très qualitatifs pour une trentaine d’euros par nuit. À ce prix-là, il est même possible de bénéficier d’une piscine sur le toit. Nous réservons, toutefois, plusieurs mois ou semaines à l’avance.

Comment se déplacer à Bangkok ?

Il y a deux aéroports à Bangkok : Suvarnabhumi et Don Muang. Pour rejoindre le centre-ville depuis le premier, il existe deux moyens : le taxi [environ 230 THB la course + 50 THB de surcharge aéroport pour rejoindre Suhumvit] ou la City Ligne qui relie en une trentaine de minutes l’aéroport à des stations de BTS ou de MRT [35 THB par personne depuis la station Makkasan ]. Elle est opérationnelle de 6h00 à minuit.

Depuis le second, il n’y a pas de transports en commun, hormis un bus qui aurait été mis en fonction. Nous en l’avons pas testé et avons préféré prendre un taxi [environ 180 THB la course + 50 THB de surcharge aéroport pour rejoindre Sukhumvit].

Il y a énormément de trafic dans la capitale thaïlandaise, ainsi, nous n’hésitons jamais lorsque les chauffeurs de taxi nous demandent si nous voulons prendre le « Toll way », c’est-à-dire la voie rapide. Cela ne coûte que 120 THB pour rejoindre Sukhumvit et cela fait gagner beaucoup de temps.

À chaque fois que vous montez dans un taxi, il est très important d’exiger le « meter ». Les seules fois où les taxis refuseront, ce sont pour les trajets centre-ville aux aéroports, qu’ils chargent 400 THB pour aller à Don Muang. Dans ces cas, pensez à utiliser l’application Uber ! Les chauffeurs de taxi ont l’obligation d’afficher clairement leur nom et numéro de licence. N’hésitez pas à le noter et le conserver en cas de problème ou de différent.

Pour se déplacer dans le centre-ville, il y a bien évidemment les tuks-tuks, les taxis, mais surtout le BTS et le MRT. Ici, nous ne payons que pour le nombre de stations dont nous avons besoin. Le paiement ne se fait qu’en pièces pour le premier, il est possible de faire du change aux guichets. Attention, il s’agit de deux opérateurs différents : il faudra prendre deux tickets séparés pour passer de l’un à l’autre sur un même trajet.

Ces informations pourraient vous être utiles.

Benjamin a testé l’efficacité et le professionnalisme de l’Hôpital international Bumrungrad. Ces maux d’estomac répétitifs ont été soignés par un médecin suisse, exerçant en Thaïlande et recommandé par l’Ambassade de France. Les consultations se font sur rendez-vous, dans un délai très court. Ils gèrent parfaitement toute la paperasse à fournir à l’assurance. Cela nous a donc permis de tester la réactivité de l’assurance Chapka, à laquelle nous avons souscrit pour notre voyage autour du monde.

Il y a de nombreux coiffeurs branchés dans les centres commerciaux de Bangkok mais ces derniers facturent des coupes atteignant 800 THB. J’ai donc remis mes cheveux entre les mains d’une petite mamie dans un salon de rue, sur Nana Plaza : la coupe sans shampoing était parfaite et cela m’a coûté 300 THB avec le brushing [qu’elle a absolument voulu me faire, malgré les 40°C extérieurs !]

Bangkok est l’endroit idéal pour se faire faire des chemises et costumes sur mesure. Nous en avons donc profité pour faire de nouveau confiance à Mr Singh, le propriétaire du tailleur Majestic Tailors. Les tissus sont de très bonne qualité et les modèles impeccables. Benjamin porte d’ailleurs encore les costumes qu’ils s’étaient fait faire en 2013. Comptez 1,500 THB pour une chemise et 12,500 THB pour un costume ou tailleur.

en un clin d’oeil…

Où dormir ?

DASIRI DOWNTOWN

31,25 € la nuit en chambre double avec salle de bain privative et cuisine. Très propre et moderne !

Commentaire Airbnb

Où manger ?

La nourriture de rue est la moins chère en Thaïlande et souvent la plus goûteuse. Nous recommandons le Im Chan, le food-court W Market et tous les stands de rue que vous pourrez croiser.

Comment s'occuper ?

Palais Royal
Wat Pho
Wat Arun
Golden Mountain
Wat Ratchanatdaram
Maison de Jim Thompson
Temple Erawan
Shopping

Combien ça coûte ?

Entrée Wat Arun : 50 THB
Entrée Palais Royal : 500 THB
Entrée Wat Pho : 100 THB
Eau 1,5 : 14 THB
Bière : 56 THB
Brochette de rue : 10 THB
Coiffeur : 30 THB
By | 2018-02-09T13:11:01+00:00 4 février 2018|Thaïlande|

Leave A Comment