Kratie

sur les traces des dauphins du Mékong

Jour 1 : lundi 13 novembre 2017

Traversée de la frontière entre le Laos et le Cambodge

8.8 km

Aujourd’hui, c’est le grand jour : nous allons traverser la frontière terrestre entre le Laos et le Cambodge. Et cette étape nous tracasse depuis quelques semaines, suite à nos nombreuses lectures et retours d’expériences : elle est célèbre auprès des voyageurs pour la corruption qui s’y opère.

Pour partir sereins, nous décidons d’acheter depuis les 4,000 îles un ticket combiné : bateau + bus jusqu’à la frontière + bus pour notre première destination, Kratie. Tout cela pour la modique somme de 22 USD : à savoir que ce même trajet, dans l’autre sens, est vendu 16 USD à Kratie.

Le bateau nous récupère à 8h00, puis nous dépose à l’embarcadère de Nakasong, à 500 mètres de la gare routière : la pluie n’a de cesse de tomber et nous arrivons donc trempés au guichet afin de nous garantir des places. Tous les voyageurs s’entassent sous un seul abri en attendant le départ du premier bus prévu pour 10h00. L’organisation n’étant pas des meilleures : il semblerait que le nombre de tickets vendus excèdent le nombre de places disponibles… Ce n’est qu’à 10h35 que nous partons finalement, le moral dans les chaussettes.

Pour connaître les détails de la traversée de la frontière !

Après un fastidieux trajet rempli de péripéties, nous sommes soulagés de poser nos affaires dans une guesthouse pour ne ressortir qu’en fin de journée. Il n’y a pas beaucoup de restaurants à Kratie : nous choisissons donc celui qui propose de la bière pression, nettement moins coûteuse et tout aussi délicieuse que la bière en canette ou en bouteille [3,000 KHR les 330ml de bière pression contre 10,000 KHR les 660ml de bière bouteille]. Nous passons la soirée avec Maëlle et Xavier à fêter notre passage de la frontière.

Au Cambodge, deux monnaies sont utilisées : le riel cambodgien et le dollar américain. Les premiers sont utilisés pour les petits montants, pour la nourriture sur les stands de rue mais également pour faire l’appoint du dollar. Et c’est là que les paiements se compliquent : notre logique comptable nous invite à faire plusieurs conversions, d’abord en riels, puis en dollars, puis en kips, puis en euros ! Il nous faudra pour sûr quelques jours d’adaptation !

Jour 2 : mardi 14 novembre 2017

Dauphins de l’Irrawaddy

6 km

Remis de nos émotions de la veille, nous décidons de réaliser l’attraction majeure de la ville de Kratie en compagnie de Maëlle et Xavier : partir à la recherche des dauphins de l’Irrawaddy, vivant dans les eaux du Mékong.

Pour cela, nous devons rejoindre le village de Kampi d’où partent les bateaux. Plusieurs options s’offrent à nous dont :
→ l’aller-retour en tuk-tuk compris entre 12 USD et 20 USD selon les négociations ;
→ la location de scooter pour 5 à 7 USD.
Nous en choisissons une troisième, motivée par Xavier, et louons donc quatre vélos pour 1 USD l’unité.

Cette promenade de 16 kilomètres nous fait longer le Mékong et dure un peu plus d’une heure. En effet, nous prenons le temps de nous arrêter pour admirer le paysage. Les habitations bordent la route et leurs occupants nous saluent avec un grand sourire.

Nous faisons les trois derniers kilomètres sur un chemin de terre battue qui nous permet de visiter un temple et son monastère.

Arrivés à Kampi, nous achetons nos tickets [1 à 2 personnes par barque : 9 USD par personne ; plus de 2 : 7 USD par personne] pour une sortie d’une heure [de juin à octobre : 90 minutes de navigation ; de novembre à mai : 60 minutes].

Les dauphins de l’Irrawaddy sont une espèce en danger critique d’extinction. En causes : la chasse de ses animaux aquatiques pour leur huile ; la destruction de leur habitat naturel mais également le fait qu’ils se prennent au piège dans les filets des pêcheurs. Il est également possible de réaliser le même type d’excursion à partir des 4,000 îles, à la différence près que ces dauphins ont quasiment disparu de cette région : il en resterait moins d’une dizaine.

Nous nous interrogeons donc sur la probabilité d’en apercevoir un spécimen. À peine arrivés à l’embarcadère, nous apercevons plusieurs ailerons. Le dauphin de l’Irrawaddy a la particularité d’avoir un nez plat, de mesurer environ deux mètres à l’âge adulte et de pouvoir vivre dans les eaux douces.

Nous sommes aux anges et embarquons donc rapidement. Le capitaine de la barque nous emmène au milieu du fleuve puis, arrête le moteur. Nous dérivons en silence, comme deux autres barques, les yeux rivés sur la surface de l’eau lorsque que tout à coup, plusieurs dauphins se montrent. La majorité se déplace par deux mais il faut être rapide car leur apparition est furtive : seule leur respiration trahit leur présence.

Nous pourrions rester des heures à observer ces mammifères dans leur milieu naturel mais le temps passe trop rapidement et il nous faut déjà rentrer : c’est l’effet magique que procurent toujours les dauphins, autant sur les enfants que sur les adultes.

À la sortie du bateau, nous faisons la connaissance d’un groupe de fillettes. Les trois copines jouent avec leur vélo d’adulte, trop grands pour leur taille d’enfant. Elles nous proposent de partager leur goûter composé de bananes rôties au barbecue : un délice, compacte ! La plus téméraire s’accroche discrètement sur le porte-bagage du vélo de Xavier, sur quelques mètres : ce qui nous fait tous bien rire !

Nous effectuons le même trajet qu’à l’aller mais en sens inverse et pour clore cette très belle journée, nous nous retrouvons autour d’une bière en début de soirée, au U Hong restaurant.

Jour 3 : mercredi 15 novembre 2017

Marché et Koh Trong

14 km

Pour le petit-déjeuner, nous jetons notre dévolu sur un stand de gigantesques sandwiches. Nous sommes ravis : au Cambodge aussi, on trouve du pain ! Nous les dégustons face au Mékong : il y a pire pour commercer notre deuxième journée à Kratie, tandis que Maëlle et Xavier ont repris la route vers Phnom Penh.

Il y a énormément d’animation autour du marché couvert, dans le centre-ville de Kratie, qui abrite des stands de produits secs ainsi que de vêtements et babioles en tous genres. Ses étroites allées sont quasiment aussi bondées que les rues extérieures qui l’entourent.

En effet, le marché de produits frais y est installé. Légumes, viandes, poissons mais aussi plats cuisinés sont présentés sur les étals ou à même le sol. Nous n’y croisons que des locaux et il est parfois difficile de s’y faire oublier car on nous dévisage littéralement. Il faut savoir qu’à Kratie, il y a deux modes : faire ses courses en scooter et s’arrêter à chaque stand en bloquant le passage ; se promener en combinaison [ce qu’on appellerait plutôt un pyjama par chez nous] de couleurs fluorescentes avec des motifs d’animaux.

En fin de matinée, nous nous éclipsons pour rejoindre le quai du ferry, nous permettant d’aller sur l’île de Koh Trong, située au milieu du Mékong. Nous cherchions des yeux un ferry : il s’agit en réalité d’une barque. Les horaires sont plutôt aléatoires et nous attendons le bateau une trentaine de minutes alors que la traversée n’en dure que cinq [1,000 KHR par personne pour la traversée ; 500 KHR pour un vélo ; 1000 KHR pour un scooter].

Lorsque nous débarquons sur Koh Trong, nous empruntons à pied l’unique route, tantôt de plaques, tantôt de terre, pour découvrir une vie de village hors du temps. Les maisons sont des cabanes sur pilotis, les enfants jouent au ballon ou font du vélo et les vaches paissent tranquillement dans les champs. Nous avons vu deux homestays et nous sommes certains qu’un séjour sur l’île doit être dépaysant.

Alors que nous marchons jusqu’au village flottant, une énorme vache arrive dans notre direction, essayant d’échapper à son propriétaire qui lui court derrière. Benjamin tente de l’arrêter : rien à faire, elle a décidé qu’il ne serait pas un obstacle. Nous admirons les habitations construites sur l’eau avant de rejoindre l’embarcadère après deux heures de promenade.

Nous avons apprécié cette escapade hors du temps où nous n’avons croisé que des habitants chaleureux. Les enfants, comme à leur habitude, sont souriants et les adultes plutôt avenants : un grand changement par rapport au Laos.

La pluie nous surprend alors que nous terminons la traversée vers Kratie : nous rentrons juste à temps pour ne pas être trempés.

En début de soirée, nous dînons dans notre cantine et rentrons nous coucher car demain, nous partons de bonne heure pour notre seconde étape au Cambodge : Phnom Penh.

en un clin d’oeil…

Où dormir ?

OUDOM SABAH HOTEL

Classé #3/5 sur tripadvisor

11 € la nuit en chambre double avec salle de bain privative. Bon rapport qualité-prix!

Commentaire Tripadvisor

Où manger ?

Nous avons choisi le seul restaurant qui proposait de la bière pression : le U Hong restaurant. Les plats n’étaient cependant ni très goûtus, ni copieux. Pour le petit-déjeuner, il y a de nombreuses échoppes de sandwiches au pâté dans la rue.

Comment s'occuper ?

Un ou deux jours sont suffisants pour visiter la ville de Kratie. Nous recommandons de déambuler sur le marché, de se rendre sur l’île de Koh Trong en prenant le ferry et d’aller jusqu’à Kampi pour apercevoir les dauphins de l’Irrawaddy.

Combien ça coûte ?

Transport Nakasong → Kratie : 22 USD
VIP Minibus Kratie → Phnom Penh : 8 USD
Sandwich dans la rue : 5,000 KHR
Eau 1,5L : 2,000 KHR
Bière pression : 3,000 KHR
Location vélo : 1 USD
Sortie dauphins : 7 à 9 USD

By |2017-12-10T11:13:18+00:004 décembre 2017|Cambodge|

2 Comments

  1. Doky 19 décembre 2017 at 16 h 18 min - Reply

    je note ces bons tuyaux, mais quelle galère cette frontière!

    • Ben & Marion 20 décembre 2017 at 17 h 35 min - Reply

      Effectivement Doky, ce n’était pas le meilleur moment de ce voyage, le passage de la frontière entre le Laos et le Cambodge.

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.