Kep

parc national et crustacés

Jour 1 : mardi 21 novembre 2017

De Phnom Penh à Kep

7 km

Nous débutons cette dernière matinée à Phnom Penh par un petit-déjeuner composé de sandwich au pâté, puis par une promenade au bord du Mékong. Un tuk-tuk vient nous chercher à notre hôtel pour nous emmener jusqu’au bureau du prestataire de transport Vibol, dont le bus doit nous permettre de rejoindre la ville de Kep pour 6 USD par personne [tickets réservés à l’agence Happy Traveler dans le centre-ville de Phnom Penh].

Le trajet de 4h30 est plutôt rapide malgré les embouteillages à la sortie de la capitale. Le paysage à l’approche de Kep est très agréable avec ses pics karstiques. Soudain, le littoral se manifeste derrière la végétation, nous dévoilant l’étendue bleue du Golfe de Thaïlande. À travers les vitres du bus, nous apercevons le fameux crabe géant de Kep : nous sommes donc bien arrivés à destination, juste au moment du coucher du soleil.

Nous rejoignons notre nouvelle guesthouse pour les trois prochains jours, puis nous retrouvons Lucie et Baptiste, les deux voyageurs du blog LeBaLuTour, avec qui nous n’avions échangé qu’en ligne jusqu’à présent. Nous nous échangeons nos bons plans au Magic Crab autour d’une bière et d’un repas.

Jour 2 : mercredi 22 novembre 2017

Littoral et crustacés

11.5 km

En fin de matinée, nous décidons d’aller découvrir la petite ville de Kep dont nous n’avons aperçu que quelques restaurants la veille. Kep est une ville du littoral cambodgien, située au bord du Golfe de Thaïlande. Anciennement appelée Kep-sur-Mer, cette station balnéaire avait la cote dans les années 1960, notamment auprès des français qui venaient y passer leurs jours de repos. Cependant, la prospérité de Kep vole en éclat sous le régime de Pol Pot et des Khmers Rouges : la ville est vidée de ses habitants puis détruite à l’invasion vietnamienne. Ainsi, nous y découvrons de nombreuses villas laissées à l’abandon.

Petit à petit, la ville de Kep s’est reconstruite mais nous sentons que son développement est long. Étrangement, Kep a un centre-ville éclaté en trois parties : le village, une zone autour de la plage et une autre autour du marché aux crabes. D’immenses quatre-voies, si peu fréquentées, relient ces trois endroits précédents.

Nous marchons jusqu’au littoral où nous montons dans une tourelle, istallée ici comme au milieu de nulle part. Cela nous permet d’aperçevoir au loin, quelques îles dont Rabbit Island. Le paysage est agréable et nous poursuivons notre route en direction de la partie ouest de la ville.

Tout au long du chemin, nous observons les bateaux de pêche : les filets semblent plein à craquer. Nul doute que ces derniers rapportent à leur bord le butin de la journée. Celui-ci est vendu directement sur le marché ou alimente les cartes, de produits de la mer, des très nombreux restaurants.

C’est ainsi que nous atteignons le marché aux crabes. Il fait une chaleur impressionnante sous les bâches qui abritent les dizaines d’étals. En cause : les barbecues où les poissons et pieuvres sont directement grillés et prêts à la vente.

L’odeur est assez forte entre les grillades et les crevettes séchées mais les produits sont frais. D’ailleurs, la spécialité de la ville est le crabe bleu : il est pêché, vendu frais, cuisiné et dégusté sur place, aussi bien par les locaux que par les touristes.

N’étant pas de gros consommateurs de produits de la mer, nous trouvons notre bonheur sur un des nombreux stands de nourriture de rue. Ici, ces stands sont réellement ambulants. En effet, ils se déplacent tout au long de la journée dans les rues de la ville, ne restant au même endroit que le temps d’honorer leurs commandes. La nourriture de rue reste le meilleur rapport qualité-prix pour manger à Kep.

Nous nous promenons le long du remblai bordant la plage de Kep : aux premiers abords, cette dernière est plutôt propre et seulement quelques déchets flottent à la surface de l’eau. Ce n’est cependant pas le cas des abords de la plage qui sont, eux, parsemés de déchets malgré les très nombreuses poubelles mises à disposition. Nous observons d’ailleurs un groupe de singes se jeter sur ces dernières pour les vider de leur contenu et y dégoter de la nourriture. Par rapport au Laos et à la Thaïlande, le Cambodge a de nombreux progrès à faire concernant la propreté.

Nous marchons jusqu’à la statue de la Laddy White puis du crabe géant dont nous avons si souvent parlé pendant les préparatifs de notre voyage. Sur le chemin du retour, nous sommes finalement un peu déçus par cette destination, certes tranquille mais peu attractive. La plage n’est pas fantastique, les activités peu nombreuses et les tarifs pratiqués sont indécents !

En fin de journée, nous rejoignons Lucie et Baptiste au restaurant Kep-sur-mer d’où nous avons une vue imprenable sur le coucher du soleil. Pour le dîner, nous goûtons au fameux crabe accompagné de pâtes : plutôt bon !

Jour 3 : jeudi 23 novembre 2017

Parc national

17.6 km

Après avoir avalé un pancake [2 USD l’unité], nous partons en direction du Parc national de Kep. Nous y accédons par le check-point numéro 1 et avons un petit souci de compréhension sur le prix d’entrée avec les gardes. Ces derniers, ne voulant pas trop discuter, nous laissent passer sans payer ainsi que les deux personnes nous suivant en scooter.

En effet, le chemin de randonnée du Parc national est caillouteux mais ne présente aucune difficulté. Ainsi, il est possible de réaliser le parcours de 6,5 kilomètres aussi bien à pied, qu’en scooter. Il est important de noter qu’il ne s’agit pas d’une boucle : on entre par un côté, on en ressort par l’autre sauf si l’on fait le trajet en sens inverse.

La promenade sous le feuillage dense des arbres est plutôt agréable et permet d’accéder à un premier point de vue sur la baie de Kep.

Le second point de vue se mérite un peu plus car il faut y accéder par un petit sentier à travers la forêt. Si l’accès principal peut se fouler sans chaussures fermées, il n’en est pas de même pour celui-ci. En effet, cela grimpe ou descend et l’ascension est rendue glissante par les pluies de la veille. De ce dernier point de vue, nous apercevons les îles de la baie dont la principale est Rabbit Island.

Après trois heures de promenade, en prenant notre temps, nous regagnons notre guesthouse pour nos reposer avant le coucher du soleil. Cette fois, nous décidons de l’admirer depuis le remblai, face au crabe géant : le panorama est sublime !

Nous terminons notre séjour à Kep au Beachside Tacos. Nous avons malheureusement déniché ce restaurant que notre dernier jour : il est le seul de la ville à proposer des plats aux tarifs abordables et bons. Demain, nous partons en direction de la voisine de Kep : Kampot.

en un clin d’oeil…

Où dormir ?

BOAT HOUSE

Classé #16/52 sur tripadvisor

14 € la nuit en chambre double avec salle de bain privative. Plus que moyen !

Commentaire Tripadvisor

Où manger ?

Les restaurants pratiquent des prix exorbitants à Kep : un riz frit coûte 3 USD et les plats de crabes pas moins de 5 USD. Le Beachside Tacos est le seul restaurant à proposer de la bière pression à 0,50 USD et des plats abordables. Sinon, privilégiez la nourriture de rue.

Comment s'occuper ?

Parc national
Plage
Marche sur le littoral
Marché aux crabes
Statue du Crabe géant
Statue de White Lady

Combien ça coûte ?

Bus Phnom Penh → Kep : 6 USD
Bus Kep → Kampot : 2 USD
Eau 1,5L fraîche : 3,000 KHR
Eau 1,5L non réfrigérée : 2,000 KHR
Location scooter : 5 USD
By |2017-12-18T17:36:48+00:008 décembre 2017|Cambodge|

2 Comments

  1. Doky 19 décembre 2017 at 15 h 59 min - Reply

    instructif,

  2. Elise de Trek'n'Co 28 juillet 2018 at 10 h 05 min - Reply

    Super article ; et très joli blog!

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.